Le blog de LIRE

Retrouvez ici toute l’actualité de L.I.R.E et de nombreux articles. 

Offrir des Livres et le Goût d’Apprendre : Hommage à Olga Baudelot

Olga Baudelot (1943 -2022)
Olga Baudelot (1943-2022)

Le 29 octobre dernier, l’équipe de LIRE a reçu une très triste nouvelle.
Olga Baudelot, qui fut présidente de l’association de 2010 à 2020 venait de nous quitter. 

Même si sa santé l’avait incitée à quitter la présidence de l’association, elle restait très présente et toujours concernée par la vie de l’association. Jusqu’à la veille de sa disparition, elle avait  des projets pour L.I.R.E.

Depuis, nous recevons des témoignages de ceux qui l’ont côtoyée autour de L.I.R.E.
Ces textes, que nous reproduisons ici, sont le reflet de ce qu’elle nous a apporté, individuellement et collectivement. 

Une présence amicale, une stimulation intellectuelle, une énergie pour se battre quand cela a été nécessaire, un engagement sans faille, une grande qualité d’écoute et un sourire chaleureux.

Quand j'ai rencontré Olga il y a trois ans, j’ai pu apprécier son engagement fort. Elle n’écoutait pas sa fatigue et veillait à être présente pour accompagner au mieux l’association. Elle savait être vigilante pour rester objective sur les évolutions. Olga c'était aussi une belle âme, chaleureuse et écoutante, j’ai pu découvrir combien sa posture familiale était précieuse. Elle restera une pionnière pour L.I.R.E, tant elle a participé à l’énergie de la vie de l’association. Nous ne l’oublierons pas.

Je me souviens très bien du jour où Olga a accepté la présidence de l'association et de la joie des salariés. Bien sûr elle nous a accompagnés dans toutes nos réflexions sur nos pratiques, nous poussant toujours à nous questionner sur notre travail. Se sont succédé tout au long de ces années des moments fastes pour Lire à Paris mais aussi des temps plus durs, voire cruels qui font partie de la vie des associations, quand les subventions viennent à manquer par exemple. J'ai travaillé avec Olga de nombreuses années, elle a toujours été présente et n'a jamais abandonné. Elle n'a jamais cessé de s'investir pour cette cause de l'accès à la culture pour tous, à nous de poursuivre cet engagement à travers nos lectures sur le terrain et nos témoignages.

Olga, pour moi, c'était l'écoute attentive qu'elle témoignait à tous, sans restriction. Une écoute dont elle tirait ensuite les fils pour construire une synthèse précise et éclairée. C'était aussi une volonté permanente de résoudre le mieux possible tous les problèmes. Enfin, c'était un sourire qui gagnait toujours la partie sur les difficultés de tous ordres. En un mot : c'était une présence forte, chaleureuse, inoubliable.

Olga nous manque beaucoup…. 50 années d’amitié et de recherche avec Olga ! Que de bons moments partagés, que de combats menés ensemble au CRESAS puis à L.I.R.E. à Paris ! Toujours pour davantage de respect des droits de tous les enfants, et en particulier à l’éducation et à la culture, dès leur plus jeune âge. Nous devions discuter de l’état du chantier de la lecture avec les jeunes enfants malades et handicapés, engagé par l’équipe de L.I.R.E. et qui lui tenait tant à cœur… Nous poursuivrons sans elle, en pensant à elle, et lui offrirons, en hommage, le fruit de nos avancées.

Je me souviens de sa tristesse mêlée de colère le jour où Olga a eu la lourde charge de nous annoncer la perte d’une importante subvention. Nous étions tous accablés autour de la table de réunion. Petit à petit l’idée a émergé de ne pas renoncer. Alors Olga a relevé la tête, et a prononcé ces mots : « on va se battre ». Et on s’est battus. Et l’association a survécu à cette tempête. La recherche que nous avions menée ensemble a servi de fondation pour défendre le projet de LIRE et aujourd’hui encore, c’est sur cette base que se bâtissent nos réflexions. Pour tous ces apports, je suis reconnaissante à Olga et je la remercie aujourd’hui d’avoir aidé l’association à grandir. Mes pensées les plus tendres l’accompagnent.

Je suis arrivée au début de la présidence d’Olga, après la période d’évaluation participante qu’elle avait mené avec l’équipe de l’époque. Elle était restée avec nous même dans les situations les plus difficiles, parfois désemparée, mais jamais désespérée pour autant. Et jusqu’au bout, elle s’est tenue à nos côtés, du côté des enfants. Za vashé zdorovie, Olga !

J'estimais beaucoup Olga. Ce soir les souvenirs remontent; Je me remémore les années de recherche-action avec Olga et Sylvie, qui m'ont beaucoup apporté; les moments de confrontation des idées aussi, quand on n' était pas d'accord, que j'adorais. Les quelques jours avec Olga dans un colloque à Bordeaux, le premier colloque de LIRE à Paris; et comment elle a eu le courage de prendre la présidence à un moment compliqué de l'association...

Olga a été une personne importante dans l'histoire de L.I.R.E à Paris. Elle a su lui redonner un souffle dans un contexte difficile. Elle m'a beaucoup apporté professionnellement et humainement. Je me souviens de tous ces moments partagés d'intenses réflexions qui ont conduit à ces merveilleux ouvrages, colloques et à valoriser l'expérience et l'expertise de l'association et des pratiques des lecteurs et lectrices. Je pense à tous ses proches dans ce moment douloureux, à son époux, ses enfants, ses petits-enfants, aux anciens collègues, à Sylvie et Danièle.

Je suis heureuse d'avoir croisé la route d’Olga, car grâce à son soutien et à celui de Sylvie, l'équipe de L.I.R.E a réalisé grâce à ce travail de recherche de beaux écrits et n'a plus arrêté ensuite pour continuer à s'épanouir comme une fleur au soleil... Toutes deux nous ont aidé à nous dépasser, à aller au-delà de notre simple métier de lecteurs et parfois avec des moments difficiles où elles nous ont soutenu… En pensant à Olga, me vient ceci : Offrir des Livres et le Goût d'Apprendre (sigle d'OLGA).

Une pensée pour Olga. L'image que je conserve d'elle est son sourire et son côté passionné...

Je me joins aux messages de tristesse et de souvenirs d'Olga, grande dame à l’œil malicieux, intelligente, perspicace, pleine d'entrain !

Je garde le souvenir d’un regard doux et bienveillant.

Dans les années 1970, Olga était psychologue et travaillait dans différentes crèches, elle avait réuni quelques directrices. Nous avions pu analyser nos pratiques et mettre en place des situations à observer et à réajuster en équipe et également créer des réseaux de professionnelles. Après de nombreuses années au Cresas comme formatrice j’ai eu le plaisir de la retrouver à « Lire à Paris ». En tant que Présidente, elle a fait face aux difficultés rencontrées lors de la diminution de nos subventions en 2016 ! Elle s’est battue pour éviter le pire et la fermeture éventuelle de l’association. Elle a été présente et solidaire des lecteurs lorsqu’il a fallu envisager des licenciements pour continuer. Lucide, efficace, chaleureuse, à l’écoute, elle est restée pour moi un exemple de droiture et de fermeté. Je ne parlerais pas de la grande amitié qui nous liait par ailleurs, mais je sais que même à l’hôpital, épuisée, elle me parlait encore de notre association, des nouveaux lieux investis : hôpitaux, écoles, centres de loisirs, etc .... Olga, je pense à toi souvent, il faudra continuer en essayant d’être à la hauteur de ton exemple.

Pour toi Olga, voici toute mon admiration ; Pour toi Olga, voici mes mots pour que chacun se souvienne de ta grandeur, de ton courage, de ta bonté, de ta bienveillance, de tes immenses compétences, de ta volonté d’aller toujours de l’avant. Tu as mené tous tes combats avec une grande dignité. Tu as témoigné d’un profond attachement à lire à PARIS jusqu’à tes derniers jours. La veille de ton départ nous évoquions les luttes à mener. Tu as donné sans compter de ton temps, de ta personne. Tu as mis ton savoir et ton expérience au service de l’association afin de la faire prospérer, que le livre puisse vivre partout et pour tous. Lors de ta présidence et même avant, tu as accompagné et encouragé des équipes débutantes qui ont pu évoluer vers de riches aventures (édition, colloques et formations). Tu nous imprégnais de ton dynamisme et de ta combativité. Ton sourire reste gravé au fond de moi. Tu ne t’es jamais plainte même lorsque tu étais essoufflée alors que nous rentrions de réunions. Ta convivialité soutenue par les attentions de ton époux si prévenant restera inoubliable. Il restera de toi ce que tu as donné. Ce que tu as donné en d’autres fleurira. Il restera de toi ce que tu as semé. Ce que tu as semé en d’autres germera.

Ces articles pourraient vous intéresser

La Petite Bibliothèque Ronde publie chaque année un nouveau numéro de La rOnde, une
Retrouvez Céline Mizier pour partager des lectures en famille, au centre social Chevaleret, le
%d blogueurs aiment cette page :