Le blog de LIRE

Retrouvez ici toute l’actualité de L.I.R.E et de nombreux articles. 

Parlons albums: Les animaux

Les animaux Bastien con traire, la partie couverture

Les Animaux, Bastien Contraire, La Partie, 2022

Bastien Contraire est un artiste qui aime expérimenter et surprendre. Son œuvre se réinvente sans cesse. Sur l’ensemble des ses titres, les divers contenus et formats mis en scène incitent à le percevoir comme un auteur-illustrateur qui joue avec les mécanismes de l’album jeunesse. Une constante, comme une marque de fabrique aux infinies possibilités, revient sur ses livres : la technique d’illustration au pochoir.

Pour son dernier titre paru, Les Animaux, le pochoir est utilisé non pour les illustrations, mais pour la typographie. Grâce à cette technique, Bastien Contraire s’amuse à fabriquer chacune des lettres apparaissant dans l’album : un –R peut ainsi être bien différent d’un autre.

 Mais si cet album se joue des conventions, ce n’est pas seulement par le biais du tracé de ses lettres. Il s’agit en effet d’un imagier abstrait grand format, avec des cercles de couleur pour représenter des animaux : le grand cercle jaune symbolise ainsi le poussin, le cercle rouge est utilisé pour l’ibis,… L’auteur va même jusqu’à réutiliser des couleurs, avec une teinte différente, pour évoquer un tout autre animal. Le rouge revient ainsi, sans doute en moins éclatant, pour le crabe, et en plus clair pour le poisson rouge.

On peut s’interroger sur la réception que le public aura d’un ouvrage tel que celui-ci. L’abstraction n’est effectivement pas très présente dans le monde de la littérature jeunesse et peut questionner les adultes. Mais les enfants, curieux par nature, n’hésitent pas à aller au-devant de cet album.

En pouponnière, Billy[i], 1 an, fixe d’abord le livre de loin, tandis que je tourne les pages et lis le texte. Puis, je m’approche de lui pour une deuxième lecture car Billy ne quitte pas l’album des yeux. Là, à chaque page, il pose sa petite main sur un rond de couleur, et tapote dessus, ou la fait glisser. J’ai la sensation de voir un enfant jouer avec de la peinture.

Au cours d’une séance en Relais Petite Enfance, Alexis, 2 ans et demi, me demande deux lectures de l’album. A la deuxième lecture, il associe les animaux en fonction de leur couleur, en les ayant donc mémorisés. Lorsqu’un rouge-orangé apparaît pour le renard, Alexis dit : « Comme le crabe ! », alors que celui-ci se trouve en fin d’ouvrage. Puis, pour l’ibis : « Comme le renard et le crabe ! ». A plusieurs reprises, Alexis remarque également qu’ « on ne voit pas sa tête ! ». J’abonde dans son sens.

Cet album surprenant et audacieux ravira petits et grands lecteurs pour la multiplicité des réactions qu’il suscitera.

Delphine Korwin, lectrice formatrice

[i] Les prénoms ont été changés

Ces articles pourraient vous intéresser

Il y a de quoi se poser la question lorsque l’on examine les rayons
Cabane, Amandine Laprun,  Acte Sud junior, 2022 Cabane se déplie et se feuillette comme