Le blog de LIRE

Retrouvez ici toute l’actualité de L.I.R.E et de nombreux articles. 

Rencontre avec Junko Nakamura

« Née et ayant grandi à Tokyo, Junko Nakamura était, enfant, fascinée par les livres illustrés.
Sa mère lui lit fréquemment son propre livre d’enfance, The Little House de Virginia Lee Burton, qui marquera profondément Junko. Au Japon, elle commence les beaux-arts mais ne finit pas ce cursus, partant s’installer à Paris. Junko s’intéresse à l’estampe, expérimente des techniques diverses — sérigraphie, lithographie ou xylographie —, mais se consacre principalement à la gravure sur métal. Ses gravures sont le plus souvent en noir et blanc. Elle découvre Bonsoir Lune, de Margaret Wise Brown et Clement Hurd, devenu son livre préféré, choc esthétique et narratif. Souhaitant s’essayer à la couleur, elle renouvelle sa pratique, expérimentant crayons de couleurs, pastels gras, ou encore stylos bille. Ne se satisfaisant pas d’une méthode figée, chaque image est pour elle, l’occasion d’expérimenter et varier les techniques.
Toujours fascinée par la liberté du dessin d’enfant, Junko anime des ateliers pour enfants avec la graphiste Odile Chambaut depuis 2009. »
Source : Junko_auteur.pdf (editions-memo.fr)
Son œuvre, empreinte de sérénité et de joie de l’instant présent, nous invite à savourer les plaisirs du quotidien, tout en permettant l’irruption d’un merveilleux aussi doux que chaleureux. Nous nous réjouissons de partager avec vous les mots offerts par l’autrice-illustratrice, lors d’un entretien réalisé en mars 2022.
Portrait Junko Nakamura

Junko Nakamura bonjour et merci beaucoup d’avoir accepté de répondre à nos questions. Pouvez-vous nous parler de votre parcours et de ce qui vous a amené à écrire des albums pour enfants ?

Je suis née à Tokyo, je suis arrivée en France en 1995, venir m’installer ici était mon rêve depuis mon adolescence.

A Paris, avant de me consacrer à l’illustration, j’ai pratiqué la gravure sur métal pendant plusieurs années.

L’envie de créer des livres illustrés a toujours été présente en moi, mais je ne savais pas comment réaliser un livre.
Cela a pris du temps, jusqu’au jour où je me suis lancée.

En lisant votre biographie, on apprend que deux albums ont particulièrement marqué votre relation à la littérature Jeunesse : The Little House, de Virginia Lee Burton, et Bonsoir Lune, de Margaret Wise Brown et Clement Hurd. Sauriez-vous nous dire quels aspects de ces albums vous ont touchée ? 

The Little House est le premier livre qui me vient à l’esprit quand je pense à mon enfance.
Les illustrations sont magnifiques, j’aimais regarder les détails de toutes ces belles images.
On peut observer le temps qui passe visuellement, comme le soleil qui monte et qui descend et les changements de saisons avec la transformation de l’environnement autour de la petite maison

J’ai découvert Bonsoir Lune en France, lorsque j’étais adulte.
Quand j’ai vu ce livre la première fois, ça a été un choc !
Tout d’abord, les illustrations de Clément Hurd sont tellement originales. Puis, j’ai été fascinée par cette ambiance un peu étrange. 
L’histoire se passe dans une chambre verte, mais on sent le grand univers qu’il y a tout autour. J’aime la façon dont le temps passe dans ce livre. Apparemment, sentir le temps passer dans un livre est important pour moi !

D’ailleurs, votre premier album s’intitule Au Fil du Temps. Pouvez-vous nous parler de son histoire et de comment il a vu le jour ?

Comme je le disais au début, je voulais créer un livre depuis toujours, mais je n’osais pas écrire une histoire. 
J’ai essayé avec un style de dessin le plus simple possible, en deux couleurs, avec une technique d’empreinte qui m’était familière lorsque j’étais enfant.
J’ai dessiné les plantes que j’ai chez moi, et pour chacune, j’ai écrit une petite phrase.
Ensuite, j’ai réalisé une mise en page très simple aussi, j’ai imprimé avec mon imprimante et j’ai fabriqué un petit livre. Cela m’a beaucoup plu, alors j’ai eu l’idée de réaliser trois autres livres en série, dont chacun parle d’une saison. 
J’ai déposé ces livres auto-édités, dans quelques librairies parisiennes.
Puis, je les ai montrés aux éditions MeMo, car j’aime beaucoup leur travail. Ils ont  rassemblé ces quatre petits livres en un seul ouvrage, qui est devenu mon premier livre, Au fil du temps.

Junko Nakamura au fil du temps

Quelles techniques d’illustrations utilisez-vous ?
Elles 
ont évolué au fil de vos albums, comment vous vient l’idée d’en utiliser une plutôt qu’une autre ? 

Pour mes trois premiers livres,  j’ai réalisé des illustrations avec la technique d’empreinte de papier découpé. J’aime cette technique, car le matériel est simple (papier, ciseaux, peinture…) et on peut obtenir une texture intéressante.

Pour Ce Matin, je voulais une technique qui donne un résultat très lumineux, car je désirai transmettre la lumière du matin dans ce livre.
J’ai dessiné en noir avec quatre couches séparées pour une image, pour être imprimé en tons directs en quatre couleurs.

La Visite et Lune ont aussi été imprimés en tons directs, mais en cinq couleurs.

Pour ces trois livres en particulier, la technique de dessin par couche correspond très bien à l’aspect “luminosité”. Comme je pratiquais la gravure, il est pour moi familier de dessiner en plusieurs couches pour réaliser une image. En les superposant ainsi, cela donne parfois un résultat inattendu et m’inspire de nouvelles idées.

 J’ai effectivement la sensation que cette notion de lumière est présente dans beaucoup de vos albums, y compris La Visite et Lune, qui se déroulent de nuit. Pensez-vous qu’il y ait un fil conducteur qui relie chacun de vos albums ?

Oui, la lumière et l’ombre attirent beaucoup mon attention, et je cherche à montrer cela dans mes livres. Quand je commence à créer un livre, je cherche d’abord une ambiance et des sensations que je voudrais transmettre, plutôt qu’une histoire.

Vos univers, d’une grande délicatesse et emplis d’harmonie, oscillent entre réalisme et merveilleux. D’où viennent vos inspirations ? Comment se construisent vos récits ?

L’inspiration est partout, tout ce que j’apprécie dans la vie de tous les jours : mes chats, les choses que je trouve pendant mes petites promenades, la musique, les bonnes odeurs de cuisine, des livres, des expositions… 
Pour imaginer une histoire, j’ai besoin de travailler avec les images, je réfléchis en faisant des esquisses. Quand je visualise les scènes, souvent les mots viennent tout seul. Sinon, en regardant les esquisses, je cherche les mots et les phrases qui sonnent juste. 

Pour vous, qu’est-ce qu’un bon livre jeunesse ? Que cherchez-vous à transmettre dans vos ouvrages ?

J’aime les livres qui me font sentir que le monde est merveilleux.
Quand je me sens triste ou déprimée, je vais dans des librairies pour chercher un livre qui pourrait me rappeler une sensation qui me fait du bien.
J’espère pouvoir transmettre cette sensation dans mes livres aussi.

Vous avez réalisé le logo des éditions MeMo, ils ont publié une grande partie de vos ouvrages. Pouvez-vous nous dire quelques mots à propos de ce travail ?

 

 J’ai dessiné un ours qui tient une balle dans ses bras pour le livre Atelier pour Enfants.
Celui-ci a beaucoup plu à MeMo, et ils m’ont demandé de dessiner un livre au lieu d’une balle en reprenant cet ours.

Pour finir, quels sont vos nouveaux projets ?

Je suis en train de créer un livre sur l’automne.
Avec l’âge, j’aime de plus en plus cette saison, je suis heureuse de pouvoir vivre en cette saison intérieurement pendant que je travaille sur ce livre !

Propos recueillis par Delphine Korwin, lectrice formatrice

Ces articles pourraient vous intéresser

Retrouvez Yaël, samedi 1er et mardi 4 octobre à l’espace Ludo, pour partager des
Retrouvez Céline Touchard et Annick Vachaud pour des lectures à voix haute. Au programme
L.I.R.E, les pâtes au beurre, la médiathèque F. Sagan et le Pari’s des Faubourgs,
%d blogueurs aiment cette page :