Le blog de LIRE

Retrouvez ici toute l’actualité de L.I.R.E et de nombreux articles. 

Vis ma vie de lecteur-formateur

Journée d’un lecteur formateur de l’association LIRE
 
Après les épisodes 1, 2 et 3, découvrez l’épisode 4.
Séance de lecture en RAM et « À nos lectures » au centre social Aires10.
vis ma vie de lecteur formateur

8h à l’horloge de l’association LIRE, je prépare mon sac à dos. Qu’y a t-il de prévu aujourd’hui ?

Ce matin, séance de lecture au RAM (Relais Assistante Maternelle).
Ce soir,  « À nos lectures », temps d’accueil enfants / parents / professionnelles, autour des albums jeunesse avec le centre social AIRES 10.

Je prends donc quelques nouveaux albums, achetés récemment.

Cet après-midi,  à AIRES 10, je risque de croiser entre autres : Aron, Yacine et Fatima.
Cette dernière aime bien les livres jeux, alors en passant à l’association, il faudra que je pense à prendre Devine et Où est Momo ?
Pour Yacine, qui préfère frissonner, je sélectionnerai Bou[i], Il y a un alligator sous mon lit[ii] et la maison hanté[iii].
Enfin, pour Aron qui est branché véhicule, la boîte trains, bateaux, camions et Vroum-vroum[iv].

Avec le fonds de livres déjà présent à AIRES 10, ces ouvrages feront l’affaire !

Ah, oui, je prends aussi L’imagier du Maghreb,  que je trouve être un fabuleux support d’échanges et de transmissions avec les mamans.

Je n’oublie pas pour le trajet, Être bibliothécaire aujourd’hui, emprunté hier à la bibliothèque Parmentier. Cet ouvrage, explore l’environnement du bibliothécaire jeunesse.
Il nous sera utile,  je l’espère,  à Delphine et à moi, pour préparer la formation que nous devons animer le mois prochain avec les bibliothécaires de la communauté d’agglomération du Val d’Yerres Val de Seine.

8h15, je saute dans le RER. Il y a des places assises de libres, j’en profite pour commencer à lire Etre bibliothécaire jeunesse aujourd’hui.

J’arrive au centre ressources petite enfance Pivert vers 9h15, j’y retrouve Nadine, la responsable du RAM du 11ème arrondissement.
Le centre ressource petite enfance est un espace aménagé pour l’accueil des jeunes enfants, (RAM, RAP, crèche familiale, centre de loisirs maternels).
C’est une des antennes du RAM du 11ème.

Nous aménageons la salle. 
J’installe des livres ici et là. Loup[v] sur la table de la dînette au milieu des assiettes, Trains, Bateaux, Camions de Byron Barton à côté du garage.Un grand cerf [vi] dans la grande maison en carton à taille d’enfants, réalisée par l’équipe du centre ressources.

Je disperse les autres albums un peu partout pour créer des rencontres avec les livres au hasard des déplacements des enfants.

C’est l’heure, les assistantes maternelles et les enfants qu’elles accueillent arrivent.

Je profite du petit tour de présentation des enfants, pour leur rappeler le but de ma présence parmi eux :  « raconter des histoires et chanter des chansons avec les livres ».

Ensuite, nous prenons des nouvelles des deux assistantes maternelles présentes ce matin.
L’une d’elles, nous dit avoir repris les rencontres mensuelles à la bibliothèque Sorbier.

L’autre, s’y rend plutôt sans les enfants pour emprunter des livres. Et pour ce faire, à chaque rencontre, elle prend en photo les albums qui lui plaisent ou qui ont particulièrement plus aux enfants qu’elle accueille.
Ce qu’elle ne manquera pas de faire encore aujourd’hui avec  : Je t’attends, qu’elle a beaucoup apprécié quand je l’ai présenté, mais aussi Trains, Bateaux et Camions[vii] avec lesquels Clément, 15 mois, a passé un long moment, en pointant le train blanc sur chaque page tout en imitant le bruit avec sa bouche. Et pour finir, A la ferme[viii], un livre de photographies, qui propose une balade avec les animaux de la basse-cour. L’album a rencontré un grand succès auprès de Clément qui, là aussi, a pointé chaque animal en imitant leur cri, lorsqu’il le connaissait.
L’assistante maternelle, nous a d’ailleurs fait part de son étonnement :  « D’habitude, Clément reste peu de temps sur un livre » ; puis elle a ajouté en s’adressant à Clément : « Ça te fait du bien de venir ici ».
Lorsque, à sa demande,  je lisais train à Clément, il continuait de jouer avec les voitures et le garage, tout en écoutant, en observant et en bruitant le train. C’est pour moi, l’occasion de reparler des pratiques de lecture en mouvement des jeunes enfants, qui peuvent être déstabilisantes pour les adultes, tout en en partageant des observations concrètes.

Pour compléter et nourrir nos échanges, je leur présente le petit guide Lire avec mon bébé ? Quelle drôle d’idée et les deux assistantes maternelles présentes en prennent trois exemplaires chacune pour les donner aux parents.

Pendant ce temps, de l’autre côté de la pièce, Iris, 3 ans et Mathilde, 2 ans, se sont installées autour de la table de la dînette. Chacune, tient en main le livre que je leur ai lu à leur demande tout à l’heure. 
Les petits poissons dans l’eau pour Iris et Loup[ix] pour Mathilde.
Elles sont toutes deux plongées dans l’observation des images. Quand Iris finit d’explorer du regard son livre, elle le tend à Mathilde qui lui donne Loup et chacune entame 
ainsi une nouvelle lecture.

Nadine, m’invite ensuite à présenter quelques nouveautés. Les enfants sont libres de continuer à jouer, à observer de loin ou de venir explorer de plus près.

Je présente Je t’attends[x]. L’attention des professionnelles est captée par la tension de ce récit dans lequel Léopold attend avec impatience, en comptant jusqu’à 10 le retour de sa maman. Cette lecture suscite des échanges sur les moments de séparations. Comment sont-ils accompagnés, mis en mots et anticipés, parce que comme dit Léopold :  « Tout de suite, c’est maintenant ! »

On évoque aussi la question de la théâtralisation de la lecture, de la manière de poser sa voix et de comment celle-ci peut générer de l’angoisse si elle ne s’adapte pas aux émotions exprimées par les enfants.
Le temps d’accueil touche à sa fin, Clément me tend Dans la forêt et un grand cerf
, ça sera la dernière lecture avant de chanter la chanson des « au revoir ».
Nadine et moi remontons ranger la salle et nous échangeons au sujet de la séance. Avant de quitter le centre ressources, je présente 
Qui suis-je ?[xi] à l’équipe d’animation.
En ce moment, ils travaillent sur le thème du déguisement et lors de mon dernier passage, ils m’avaient demandé des titres de livre à ce sujet. Françoise, la directrice, est séduite par cet album accordéon de photos d’enfants déguisés. Je le lui laisse jusqu’à ma prochaine visite.

le couscous du lecteur formateur

Je file manger un succulent couscous boulettes merguez à l’association. Lors de mon trajet en métro, je me replonge dans la lecture de Être bibliothécaire Aujourd’hui.

Après ce bon repas et un petit café, je passe quelques coups de téléphone aux bibliothèques du 2ème et du 10ème pour savoir si elles ont des temps dédiés à l’accueil des assistantes maternelles indépendantes.
Je récolte des infos pour pouvoir les partager avec les assistantes maternelles que je rencontre et ainsi préparer un temps de sensibilisation prévu avec les assistantes sociales du SAAMF des 1er, 2ème, 3ème et 10ème arrondissements.

Puis, j’appelle la PMI du 18ème dans laquelle j’interviens, pour déplacer une date afin de pouvoir être disponible pour une autre action.  Nous en profitons pour planifier le prochain accompagnement des familles de la PMI à la bibliothèque que j’appelle ensuite pour les prévenir.

Je récupère les livres auxquels j’ai pensé ce matin pour aller à la rencontre enfants, parents, professionnelles « À nos lectures » au centre social AIRES 10 qui débute à 16h.
Puis je file en direction de Belleville.

Avant d’arriver, je passe au jardin maternel du Buisson Saint-Louis donner les plaquettes de la rencontre parents-enfants autour des albums jeunesse que nous organisons deux fois par mois avec l’association Les pâtes au beurre. La directrice du jardin maternel me dit qu’elle ne manquera pas de les partager avec les familles accueillies.

Arrivé au centre social AIRES 10,  Jérôme, le coordinateur-famille et moi même, aménageons l’espace. Aujourd’hui, nous faisons l’accueil ensemble. Habituellement, je le fais avec Katty, l’éducatrice de jeunes enfants. En attendant les premières familles, je lui propose la lecture de Je t’attends, qui ne le laisse pas indifférent.

16h30, Myriame, 5 ans, arrive avec sa maman. Elle investit d’abord le coin cuisine puis les poupées. Ensuite, elle me ramène des livres les uns après les autres. A peine ai-je commencé à en lire un qu’elle en amène un autre. Je lui demande si elle veut que je finisse celui que j’ai commencé. En réponse, elle ferme l’album et m’en donne un autre. Elle fait ceci à plusieurs reprises, entrecoupées de moments d’exploration de la dinette, des poupées…

Sa maman m’explique alors que Myriame adore petit ours brun. J’invite donc Myriame si elle le souhaite, à regarder dans la bibliothèque à côté des poupées, en lui disant qu’elle y trouvera peut être un petit ours brun. Elle trouve presque immédiatement, ce qui provoque sa joie. Elle vient alors à côté de moi, pose petit ours brun sur la table et ouvre la première page. Je commence la lecture. Myriame, debout à ma droite, montre alors petit ours brun mis en situation dans la double page puis le même reproduit tout à droite de la page de droite. Elle s’exclame : « c’est le même ! » Elle reproduit cela sur chaque page construite de la même manière. Sa maman regarde ce qui se passe, tout sourire. Myriame s’empare ensuite « du livre avec le crocodile ».
Je lui dis que c’est la chanson « Ah les crococo, les crococos »[xii], elle la connaît de l’école, me dit-elle. Je lis-chante au rythme de Myriame qui tourne les pages tout en faisant les gestes associé à cette comptine.

C’est l’heure de se dire au revoir de parler de la réouverture de la bibliothèque du quartier et de donner la prochaine date de la rencontre à la maman.

Pendant ce temps, la maman de Fatima, 8 ans, Yacine, 6 ans, Aron, 4 ans et Nadia, sont arrivés et ils prennent leur goûter. Fatima et Yacine se lancent ensuite dans des jeux de constructions avec des legos et des grosses perles qui s’emboîtent.

Aron regarde avec Jérôme le livre de photos Mon petit d’Homme[xiii], dans lequel il nomme les animaux qu’il reconnaît.
Après ce petit jeu de reconnaissance, Aron, Yacine et Fatima, partent à la recherche de Momo avec le livre Mais où est Momo ? C’est Aron qui mène la recherche, aidé d’indice par son frère et sa sœur quand il ne trouve pas.
Leur mère les observe avec attention.

Ensuite, Aron part jouer aux voitures.
Yacine fait sa sélection de livres qui font peur : Bou, il y a un alligator sous mon lit, La maison hantée, il vient s’asseoir à côté de moi et me tend Bou.
A la fin de chaque livres, Yacine me dit: « Même pas peur ! ». Il rejoint Jérôme et Fatima qui lisent Petite Beauté. Lors de cette lecture, ils font des liens avec le film King Kong qu’ils ont regardé avec leur papa. 

De notre côté,  avec Nadia leur maman, nous parcourons l’imagier du Maghreb et croisons nos points de vue. Je lui explique que l’image de la rose des sables, me fait penser à un gâteau à base de corn flakes et de chocolat, que j’avais appris à faire enfant en centre de loisirs.
Pour elle, c’est une pierre que l’on trouve dans le désert. Nous nous enrichissons ainsi mutuellement avant de participer avec les enfants au rangement de la salle.

Il est 18 heures, c’est le moment de nous quitter. Avant cela, avec Jérôme nous communiquons la bonne nouvelle, top secrète : la bibliothèque Villon, fermée pour travaux depuis 1 an et demi, rouvre samedi. Cette annonce semble emballer toute la famille.

Les mamans du quartier, originaires du Mali, ont monté une association il y a deux ans, suite au décès d’un jeune. Elles font une distribution hebdomadaire de repas devant le centre social, elles me proposent un tiep, humm c’est bon !!!
Et je n’aurais pas de repas à préparer ce soir après cette journée bien remplie.

Stéphane Boulanger, lecteur formateur de LIRE

[i] A. Louchard, seuil jeunesse, 2016

[ii] Mercer Mayer, galimard jeunesse,

[iii] Jan Pienkovski, Nathan, 1991

[iv] François Delebecque, les grandes personnes, 2011

[v] Loup, Olivier Douzou, Rouergue

[vi] Julia Bauer, l’école des loisirs, 2012

[vii] Byron Barton, l’école des loisirs, 2021

[viii] Nicolette Humbert, la joie de lire, 2009

[ix] Olivier Douzou, Rouergue, 1999

[x] Corine Dreyfuss, Thierry Magnier, 2021

[xi] Claire Dé, les grandes personnes, 2018

[xii] Stéphanie Devaux, Didier jeunesse, 2002

[xiii] Vicky Ceelen, hors collection, 2002

Ces articles pourraient vous intéresser

“Quinzaine du livre Danube” et la “Rue aux enfants”, les rendez-vous de LIRE dans
Lire à la PMI, un site ressource coordonné par l’agence quand les livres relient
%d blogueurs aiment cette page :