Le blog de LIRE

Retrouvez ici toute l’actualité de L.I.R.E et de nombreux articles. 

Vis ma vie de lectrice-formatrice

Épisode 3 : Une journée de « premières fois ».

Matinée atelier « livres et jeux ».

Ce matin là, je me rends à la PMI Vigée-Lebrun, qui fait partie de mes terrains habituels, mais au lieu d’un temps de consultation, j’y vais pour un atelier « livres et jeux ». Le médecin étant absent, l’équipe m’a proposé la semaine précédente de maintenir la séance et d’inviter les familles à un temps d’échanges et de lectures. D’autant que nous avions déjà évoqué l’idée que j’intervienne sur ce type de séance.

Les familles viennent à ces ateliers pour profiter des livres et des jeux présents à la PMI et peuvent rester environ 1h30. Les professionnelles sont disponibles pour échanger avec les parents et les conseiller si besoin.
L’atelier commence à 10h. J’arrive à la PMI à 9h20, pour avoir le temps d’installer et d’échanger avec les auxiliaires de puériculture et la Directrice de la structure. L’équipe m’indique que trois familles sont inscrites. Pour cette première, elles ont privilégié des « grands », qui ont 2 ou 3 ans. Je commence à peine à sortir les albums de mon sac qu’une famille sonne. Elle vient pour un autre rendez-vous et elle est très en avance. Le garçon de 4 ans, Darryl*, pourra ainsi, lui aussi, profiter de l’atelier.

les animaux de la ferme

Nous nous sommes déjà rencontrés, avec cette famille, lors d’une consultation. Quand ils entrent, je suis en train de sortir des albums du meuble-bibliothèque.
Dès que Darryl enlève son manteau, il vient vers moi et tend les bras dans ma direction.
J’ai dans les mains un album à volets de François Delebecque, Les Animaux de la Ferme (Les Grandes Personnes, 2010).

Je le lui donne, il s’installe au sol, pose le livre, l’ouvre et soulève les volets. Je m’assieds à côté de lui, et nous commençons notre moment de lecture. Darryl nomme certains animaux, et pour d’autres, il me demande leur nom. Pour la vache et la chèvre, il dit : « Elle fait du lait. J’en ai vu avec l’école. ». Pour le cochon, il m’interroge : « Il fait quel bruit ? ». Je lui retourne la question, et Darryl imite le cri du cochon. Une fois l’album terminé, Darryl referme le livre en disant « C’est fini ! ». Je lui propose alors de continuer à lire seul, le temps que je dispose les albums dans la salle d’accueil. J’en profite également pour échanger quelques mots avec la maman, en anglais, et valoriser ce qu’il vient de se passer avec son fils.
Je retourne ensuite vers Darryl, qui m’interpelle : « On lit ça ? » en me tendant Bateau sur l’eau, de Martine Bourre (Didier Jeunesse -1999). Je m’exécute. Darryl est face à moi, et tiens le livre dans ma direction, comme pour me faciliter la lecture. Il tourne les pages une fois que j’arrête de chanter. Puis on chante Frère Jacques, de Christophe Alline (Didier Jeunesse, 2017) et Darryl chante après moi pour la version en français.

Puis, alors que deux des familles inscrites pour l’atelier arrivent et s’installent, Darryl commence à s’intéresser au Coucou, de Lucie Felix (Les Grandes Personnes, 2018).
J’indique à Darryl le titre du livre, puis l’invite à jouer avec, en tapotant d’abord sur les pages cartonnées ou en PVC, puis en me couchant au sol, tout en regardant au travers des différentes fenêtres pensées par l’artiste. Darryl s’empare immédiatement des possibilités offertes par le livre. Il se couche également, et met sa tête derrière une des fenêtres en PVC, puis une autre. Nous nous retrouvons de part et d’autre de la page avec les confettis, et il me dit alors :  « Tu es multicolore ! ». 

coucou Lucie Félix, les grandes persones
Coucou, Lucie Félix, les grandes personnes

Il replie le livre, se cache à nouveau derrière. Cette fois, on ne se voit plus du tout, derrière toutes ces couches de pages et de couleurs. Lorsque je me relève, et me dis « Trouvé ! »,  Darryl se met alors à rigoler bien fort. Ensuite, il re-déplie le livre, et l’installe en cercle, pour se glisser en-dessous. Il se relève, et l’album découle de sa tête.

Pendant ce jeu avec Coucou, Amir, 2 ans et demi, ainsi que Edgar, 20 mois, arrivent, tous deux accompagnés de leurs mamans. Pendant la séance, Amir joue longuement avec le garage, en compagnie de Darryl notamment. Je déplace des albums en lien avec les voitures et les engins autour d’Amir. Il ne réagit pas avec Ma Voiture, de Byron Barton (L’Ecole des Loisirs, 2002), mais il est tout de suite intéressé par Quel Chantier, de François Delebecque (Seuil Jeunesse, 2003).
Il s’approche de l’album, et commence à ouvrir les volets. Cette manipulation attire Darryl, qui nous rejoint pour une courte lecture à trois. Puis, les garçons referment le livre, et reprennent leur jeu avec le garage. Je les laisse jouer ensemble et discute avec la maman d’Edgar. Caroline, l’auxiliaire de la PMI, a déjà pris le temps d’échanger avec elle, de lui demander si elle va à la bibliothèque avec son fils (ce qui est le cas). Elle leur propose quelques albums, dont Ma Voiture, que la maman apprécie beaucoup. À sa manière de sourire devant l’histoire, Edgar semble lui aussi apprécier l’album.La maman me dit qu’ils ont l’habitude de lire avec Edgar, même si celui-ci demande très souvent la même histoire ! Je lui dis que c’est effectivement très fréquent, chez les enfants de l’âge d’Edgar, et très fondateur dans leur développement.

Alors que Darryl est appelé pour son rendez-vous, je reviens vers Amir et glisse vers lui Sur le Chantier, de Byron Barton (L’Ecole des Loisirs, 1987).
Il s’en saisit rapidement, laisse le livre au sol, et tourne plusieurs pages d’un coup. Il arrive donc rapidement à la dernière page, me regarde en souriant, puis revient en arrière. Il nomme quelques engins : « tracteur », « camion », puis sur l’illustration finale  : « la lune ». 

On échange avec la maman, qui me dit avoir été inscrite à la Bibliothèque, mais ne pas y être retournée depuis son déménagement. Je lui indique que Marguerite Yourcenar, la Médiathèque la plus proche de la PMI, est également ouverte les dimanches, journée peut-être plus propice aux promenades et  explorations du quartier.
À 11h30, c’est le moment de partir pour les familles. L’équipe nettoie les jeux, tandis que je range les livres. On prend le temps d’un débriefing, puis je rédige mes observations dans le classeur de L.I.R.E, laissé à la PMI. A 12h30, l’équipe souhaite bouger les meubles du bureau d’accueil. J’écris rapidement quelques mots en plus, puis terminerai sur mon cahier d’observation (qui est toujours dans mon sac à dos) pendant l’heure du déjeuner.

Première séance de lecture au CHU de Montrouge

Cet après-midi, j’interviens pour la première fois au CHU (Centre d’Hébergment d’Urgence) de Montrouge. Avant cela, je déjeune dans un café du côté de la PMI.

En route pour le CHU  ! Deux semaines plus tôt, nous y étions avec Frédéric Boyer  pour former l’équipe de TISF (Technicien.ne de l’Intervention Sociale et Familiale) et d’EJE (Éducateur. trice de Jeunes Enfants) à la lecture avec les tout-petits.

Une aubaine pour l’association, que d’avoir l’occasion de former une équipe avant de débuter un partenariat ! Les professionnels présents à cette formation venaient soit du CHU de Montrouge, soit de celui du 14ème arrondissement parisien. En effet, les équipes se sont décidées pour un travail en commun avec les deux CHU.

Pour ma part, comme il s’agit encore de mes premiers pas en tant que formatrice, j’ai consacré de nombreux hors-terrains à la préparation de cette formation. D’autres tâches, comme la rédaction de cet article par exemple, se sont ainsi vues reléguées au second plan.

lectrice

J’arrive au CHU un peu avant 15h. La séance doit débuter à 15h30. Je suis accueillie par Anne, la Directrice du CHU de Montrouge, et Clémence, l’EJE du CHU du 14ème arrondissement. Anne déballe et nous montre les nombreux jeux et jouets qu’elle a achetés le matin-même, à l’occasion de nos séances de lecture. Il s’agit de très beaux jouets en bois, provenant d’une boutique montrougienne. Clémence les installe, tandis que je dispose les albums dans le salon. Pendant la séance, les professionnelles présentes seront Clémence et Laure, du CHU de Paris, ainsi que Dienaba, du CHU de Montrouge.

La première famille arrive vers 15h30. La maman demande à ses filles, Debora, 6 ans, et Darla, 10 ans, de s’asseoir à côté d’elle sur le canapé. Nous nous présentons avec Clémence, et les filles vont jouer avec la maison de poupées. La maman commence à lire les albums qui se trouvent autour d’elle, notamment Bintou la casse-cou, d’Atinuke et Angela Brooksbank (Editions des Eléphants, 2020). Darla commence aussi à regarder quelques albums, et Debora lit de temps en temps par-dessus l’épaule de sa maman. Lorsque je lui propose de lire ensemble, elle décline l’invitation.

Laure, TISF du CHU du 14ème, arrive ensuite avec deux familles. Sammy, 3 ans et demi, est avec son papa, et Mélanie, 1 an et demi, avec sa maman. Lorsque je me présente auprès de la maman de Mélanie, celle-ci  me dit assez rapidement qu’elle aimerait « bien lire » avec sa fille. J’essaye de la rassurer,  en disant que l’important est de prendre du plaisir à la lecture et de laisser sa fille libre de ses mouvements. Mais je me dis également que c’est peut-être une question qui reviendra, sur laquelle nous échangerons à nouveau au fil des séances. Avec ce type de partenariat, il y a en effet une plus grande possibilité de retrouver les familles d’une séance à l’autre, et donc de les accompagner davantage dans leur relation au livre et à la lecture.

Lorsque nous échangeons avec le papa de Sammy, celui-ci me dit que les prochaines fois, Sammy viendra certainement avec sa maman, qui avait un rendez-vous aujourd’hui. Il me dit ne pas être à l’aise avec l’écrit, et pourtant, je les vois tous les deux regarder de nombreux albums. Ensemble, ils rigolent et jouent avec les livres. Le papa me confie également que lorsque son fils lui pose la question : « C’est quoi ça ? », il ne connaît pas toujours la réponse. Je lui fais part de notre pratique de retourner la question à l’enfant. Ce à quoi il me répond que c’est effectivement ce qu’il fait ! Et lorsqu’ils se lancent dans la lecture de Bloub Bloub Bloub, de Yuichi Kasano (L’Ecole des Loisirs, 2007), Sammy et son papa entrent réellement dans ce jeu de questions-réponses.

frère jacques

Entre-temps, sont également arrivés Amadou, 6 ans, Chad, 3 ans et leur maman, qui accompagne deux autres garçons : Badi, 3 ans et demi, et Chané, 1 an. A leur arrivée, la maman demande également aux enfants de s’asseoir autour d’elle. Je me présente, en disant que les enfants sont libres de jouer et d’explorer l’espace. Comme les enfants sont encore assis, je leur propose de lire-chanter Frère Jacques, Christophe Alline (Didier Jeunesse, 2017). Amadou connaît bien les paroles, et rechante après moi la partie en français.

 Puis les garçons se lèvent et s’approprient le lieu. Chané, lui, reste encore un peu avec la maman de Chad et Amadou.
Pendant la séance, Amadou sollicite longuement Clémence et Laure pour des lectures, en leur apportant différents albums. Chad suit son frère, l’imite beaucoup, et profite ainsi également des lectures.

De son côté, Sammy joue avec des petites voitures.  J’ouvre alors innocemment devant lui Bruits, de Maria Jalibert (Didier Jeunesse, 2019), à la page des véhicules. Il se penche aussitôt sur le livre en s’exclamant : « Plein de voitures ! ». Il regarde longuement la double page. Puis, quand je tourne la page, et qu’apparaissent les téléphones, Sammy dit : « Des téléphones ! Dring dring ! ». Je lis le texte, qui reprend justement cette onomatopée. Puis Sammy fait le geste de mettre le téléphone à l’oreille et dit : « allô ? allô ! ».

bruits les petits imagiers de maria jalibert

Pendant que Mélanie reprend des forces dans les bras de sa maman, je leur propose la lecture de Hi hi ha ha ha, de Michiyo Namura (L’Ecole des Loisirs, 2017).


Mélanie regarde le livre très attentivement. Je reste donc un long moment sur chaque page. Mais l’illustration qui lui plaît le plus est celle avec la lune. Elle pousse des petits cris d’exclamation, approche ses mains du livre et commence à tourner les pages, en avant, en arrière, mais toujours dans l’idée de revenir à la page de la lune, qu’elle agrippe un moment. 

D’ailleurs, avec Sur le Chantier, de Byron Barton (L’Ecole des Loisirs, 1987), c’est la dernière page qui provoque la plus grande réaction, car Mélanie pointe et s’exclame : « la Lune ! ».

Il est 17h30, nous clôturons la séance. Nous rangeons d’abord tous ensemble la salle, puis nous nous réunissons pour une comptine d’au revoir. Aujourd’hui, ce sera Bateau sur l’Eau, de Martine Bourre (Didier Jeunesse, 1999).

Lorsque toutes les familles sont reparties, nous échangeons avec les professionnelles présentes ce jour sur ce que nous avons observé au cours de la séance. Je prends quelques notes, mais rédigerai plus proprement sur le chemin du retour. Nous n’oublions pas de fixer la date de la prochaine rencontre, puis c’est aussi pour moi l’heure de repartir.

Delphine Korwin, lectrice-formatrice.

Pour aller plus loin:
– Vis ma vie de lectrice formatrice épisode 1, école Pajol et travail hors terrain

_ Vis ma vie de lectrice formatrice épisode 2, accueil des familles de la PMI à la bibliothèque

*Tous les prénoms des enfants ont été modifiés

Ces articles pourraient vous intéresser

Retrouvez Yaël, samedi 1er et mardi 4 octobre à l’espace Ludo, pour partager des
Retrouvez Céline Touchard et Annick Vachaud pour des lectures à voix haute. Au programme
L.I.R.E, les pâtes au beurre, la médiathèque F. Sagan et le Pari’s des Faubourgs,
%d blogueurs aiment cette page :